Programme scientifique

Programme scientifique du Congrès annuel 2019

Du 26 au 28 septembre 2019, Toronto, ON

« L’excellence en dentisterie restauratrice »

Programme

Session pratique du jeudi 26 septembre 2019

8 h 00 - 16 h 00

Dr Mark Lin, Toronto, ON

Titre : Restaurations prosthodontiques fixes de pointe et occlusion fonctionnelle

InterContinental Toronto Centre
225 Front Street West, Toronto, Ontario M5V 2X3
Salle Kingsway, Niveau supérieur

8 h 00 – 16 h 00 (Inscription à compter de 7 h 30)

Crédits de formation continue : 7

Coût de la session pratique 495 $ (Priorité aux membres et ensuite aux délégués)

Coût pour étudiant 150 $

(Comprend la session pratique, les matériaux, les pauses
et le dîner ainsi que les taxes et les pourboires)

Note à l’intention des participants : Prière d’apporter vos loupes pour la session pratique. Vous êtes également invités à apporter des dossiers de patients aux fins de discussion avec le groupe durant le cours. Information minimale requise au dossier :

  1. a) Antécédents médicaux du patient avec ses motifs de consultation
  2. b) Panographie ou radiographie bouche complète à jour
  3. c)  Modèles diagnostiques montés et découpés sur articulateur semi-adaptable avec arc facial
  4. d)  Séries photos

Synopsis : L’analyse raisonnée des principes et de la gestion de l’occlusion dentaire appliquée à la dentisterie clinique est d’une importance vitale pour le succès à long terme en dentisterie. L’utilisation des prothèses fixes et des implants dentaires complique d’autant plus cette difficulté, car un implant dentaire ostéo-intégré tolère moins les forces biomécaniques. La plupart des dentistes cliniciens trouvent que cet aspect est complexe, porte à confusion et est difficile à intégrer dans la pratique privée. De plus, lorsque l’occlusion fonctionnelle a été détériorée au point de devenir pathogène ou non fonctionnelle, sa restauration et sa reconstruction peuvent se révéler très complexes.

Ce programme traitera de divers sujets essentiels à la compréhension des principes biologiques et biomécaniques requis pour développer une occlusion fonctionnelle durable quant à la stabilité, au confort et aux fonctions occlusales physiologiques.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Équilibre occlusal recherché pour obtenir une position intercuspidienne maximale de l’occlusion en relation centrée, indications et contre-indications. Utilisation du T-Scan aux fins d’évaluation de l’occlusion et des ajustements requis.
  2. Équilibration occlusale des prothèses amovibles pour obtenir une occlusion équilibrée et diagnostic du positionnement maximal de l’occlusion avec prothèses fixes et implants.
  3. Fabrication, ajustement et insertion d’attelles dentaires pour gérer la parafonction occlusale. Planification du traitement de divers cas complexes, à partir des informations au dossier, et toutes les étapes subséquentes.

Sujets couverts :

  1. Terminologie définie : relation centrée, dimension verticale de l'occlusion, position intercuspidienne maximale, axe charnière, occlusion protégée mutuelle et autres.
  2. Information minimale au dossier et sélection de cas pour un traitement intégral de l’occlusion fonctionnelle
  3. Position de référence du traitement en relation centrée par rapport à la position intercuspidienne maximale
  4. Indications relatives à l’utilisation de la position en relation centrée comme position de référence du traitement
  5. Options diverses pour assurer l’exactitude et la répétabilité des enregistrements occlusaux en relation centrée
  6. Indications relatives à l’altération de la dimension verticale de l’occlusion
  7. Options de traitement pour déterminer la dimension verticale de l’occlusion
  8. Cinq composantes de la fonction masticatoire
  9. Déterminants postérieurs de l’occlusion
  10. Déterminants antérieurs de l’occlusion, enveloppe de la fonction antérieure, phonétique et esthétique
  11. Objectifs de traitement de l’occlusion protégée mutuelle, exigences liées à l’équilibration occlusale pour obtenir une occlusion fonctionnelle stable
  12. Indications cliniques de l’utilisation de l’arc facial et de l’articulateur semi-adaptable; est-ce requis, quand, où, quel type et comment?
  13. Définition et options de traitement de l’occlusion physiologique, non physiologique et thérapeutique
  14. Lignes directrices, indications et contre-indications relatives à l’équilibration occlusale
  15. Gestion de la parafonction occlusale
  16. Impressions numériques, CAD / CAM appliquées aux prothèses fixes
  17. Gestion de l’attrition, de l’abrasion, de l’érosion et de l’abfraction comme causes de l’instabilité occlusale et de l’occlusion physiologique
  18. Définition du syndrome de la dent dévitalisée et protocole de gestion
  19. Attelles occlusales; quand, quelle arcade, rigide ou souple, quel type d’occlusion?
  20. Divers traitements relatifs à l’occlusion, théories et applications en dentisterie clinique
  21. Occlusion liée à un implant; couronnes sur implants, prothèses amovibles sur implants, prothèses hybrides fixes sur implants, prothèses en porcelaine fixes sur implants.
  22. Occlusion d’une dentition implantée par rapport à celle d’une dentition naturelle
  23. Algorithmes pour séquencer la reconstruction d’une arcade ou d’une bouche complète

Composantes de la session pratique

  1. Équilibration occlusale pour atteindre la relation centrée en position d’intercuspidation maximale, indications et contre-indications. Évaluation numérique de l’occlusion à l’aide du T-Scan afin de déterminer les ajustements requis.
  2. Équilibration occlusale des prothèses amovibles afin d’obtenir une occlusion « balancée »
  3. Modèle diagnostic en cire pour occlusion de prothèses fixes et des implants
  4. Fabrication, ajustements et insertions d’attelles occlusales pour gérer la parafonction occlusale.
  5. Plan de traitement de divers cas complexes à partir des informations au dossier et toutes les étapes subséquentes.

Biographie : Dr Mark H. E. Lin a reçu son diplôme en médecine dentaire de l’University of Detroit Mercy où il a figuré sur le tableau d’honneur de la faculté pendant quatre années consécutives et a terminé parmi les premiers 5 % de la classe. Il a pratiqué la dentisterie générale pendant treize ans, puis est retourné à l’université pour effectuer une formation postdoctorale en prosthodontie à l’Université de Toronto. À l’heure actuelle, il est instructeur postdoctoral à mi-temps à la clinique de prosthodontie de l’Université de Toronto, il est membre du comité de rédaction en prosthodontie de l’Oral Health Journal et gère à temps plein une clinique spécialisée en prosthodontie où il se concentre sur les reconstructions de bouche complète, la chirurgie implantaire, les procédures de greffe, les implants prothétiques et la gestion des complications liées aux implants. Dr Lin est Fellow et Diplomate de l’International Congress of Oral Implantologists (ICOI) et est Fellow et examinateur du Collège royal des chirurgiens dentistes du Canada pour la spécialité de prosthodontie.

Conférenciers du vendredi 27 septembre 2019

Présentations de 55 minutes

(7 crédits de formation continue pour les sessions du vendredi)

8 h 30 – 9 h 30

Dr Taiseer Sulaiman, Chapel Hill, NC

Titre : Les générations de zircones : ce que les cliniciens doivent savoir

 Synopsis : LES ZIRCONES NE S’ÉQUIVALENT PAS TOUTES!! Depuis la venue, en 2010, de la zircone monolithique comme matériau de restauration indirecte complète de zircone, trois générations de ce matériau ont vu le jour. Les fabricants et les chercheurs visent à lancer un matériau en zircone combinant force et translucidité. Cette présentation étudiera de façon détaillée les différentes générations de zircones et ce qu’un clinicien devrait savoir sur les propriétés mécaniques et optiques de chacune afin d’appuyer le processus de sélection lors de la prescription des restaurations en zircone. On discutera également des plus récents protocoles de cimentation pour les restaurations en zircone monolithique et, en dernier lieu, on passera en revue les données cliniques probantes récemment publiées au sujet des restaurations en zircone monolithique ainsi que les résultats d’une méthode d’enquête en laboratoire afin de déterminer si elles peuvent fournir de l’information utile sur le statut clinique actuel des zircones.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Établir les critères de sélection de la zircone. La restauration monolithique par rapport à la restauration incorporant des couches superposées.
  2. Définir les trois générations de zircone. Recommandations pour assurer la réussite clinique.
  3. Capacité de survie de la zircone et présentation d’une approche rétrospective. S’agit-il de données pertinentes?

Biographie : Taiseer Sulaiman-DDS, PhD, est directeur de la division de dentisterie opératoire et des biomatériaux de l’University of North Carolina, à Chapel Hill, où il a obtenu un certificat en dentisterie opératoire et terminé un doctorat en matériaux dentaires du département de prosthodontie et des sciences des biomatériaux de l’University of Turku, en Finlande, en collaboration avec le département de dentisterie opérative de l’University of North Carolina. Dr Sulaiman est clinicien et chercheur et son but est de combler l’écart entre la recherche dentaire et l’application clinique. Les recherches de Dr Sulaiman se concentrent sur la céramique dentaire, l’adhésion, les ciments, la couleur et l’esthétique en dentisterie et en biomimétique. Il est membre de plusieurs académies dont l’IADR/AADR, l’Academy of Operative Dentistry, la Society of Color and Appearance in Dentistry et l’American Dental Association. Il a donné de nombreuses conférences à l’échelle nationale et internationale et est réviseur pour plusieurs revues scientifiques dentaires à comité de lecture

9 h 30 – 10 h 30

Dr Ryan Cook, Toronto, ON

Titre : Restaurations à appui dentaire : maîtrise des interrelations paro-prothétiques

Synopsis : L’interface parodonte-prothèse est une zone complexe où se rencontrent la forme et la fonction. Il est impératif que les cliniciens comprennent dans quelle mesure le diagnostic et le plan de traitement ont une incidence sur le résultat final. Le cours appliquera les principes de dentisterie fondés sur des données probantes relatives aux relations parodonte-prothèse, et dans quelle mesure elles influencent une restauration à appui dentaire.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Expliquer et démontrer comment les interrelations paro-prothétiques influencent le résultat du traitement.
  2. Expliquer les techniques chirurgicales qui rehaussent l’interface parodonte-prothèse.
  3. Illustrer comment l’établissement d’un diagnostic et d’un plan de traitement exhaustifs influence les résultats d’une reconstitution.

Biographie : Ryan Cook DDS MS est originaire de la Caroline du Nord. Il a effectué un baccalauréat en biochimie et un baccalauréat ès arts en chimie à la North Carolina State University, et un doctorat en chirurgie dentaire à l’University of Southern California. Après ses études en médecine dentaire, il a effectué une double résidence en parodontie et en prosthodontie au Health Science Center de l’University of Texas, à San Antonio. Au cours de sa résidence, il a terminé une maîtrise en sciences portant sur le biotype parodontal et l’épaisseur de la lame osseuse labiale. Il est diplomate de l’American Board of Prosthodontics et de l’American Board of Periodontology. Après avoir géré un cabinet à temps plein à Laguna Niguel, en Californie, il a joint l’académie où il est actuellement professeur clinique agrégé et directeur de l’enseignement supérieur en prosthodontie ainsi que président du département des sciences restauratrices de la School of Dentistry de l’University of North Carolina, à Chapel Hill. Ses intérêts de recherche portent sur les interrelations paro-prothétiques dents/implants et les techniques d’augmentation des tissus mous et des tissus osseux

11 h 00 – 12 h 00

Dr David Cagna, Memphis, TN

Titre : Prothèses amovibles partielles modernes — regard sur l’avenir

Synopsis : Le plan de traitement visant des patients partiellement édentés comporte souvent une prothèse amovible partielle (PAP). Afin d’assurer le succès thérapeutique et la durabilité d’une telle restauration, il est essentiel qu’elle soit conçue de façon à optimiser le support, la rétention et la stabilité. Même si l’incorporation stratégique d’implants dentaires ne constitue pas la norme, elle peut favoriser le confort et la fonction du patient portant une PAP, notamment en permettant une distribution plus favorable de la charge de mastication tout en supportant les tissus pour améliorer l’aspect esthétique et la réhabilitation définitive. Cette présentation passera en revue les facteurs qui doivent être pris en considération relativement à la mise en place d’une PAP implanto-portée pour certains patients partiellement édentés, et ce, à partir du diagnostic jusqu’à la fabrication de la prothèse.

 Objectifs d’apprentissage :

  1. Passer en revue les théories de conception des PAP et les aspects biomécaniques à prévoir.
  2. Prendre en considération le rassemblement d’informations nécessaires au diagnostic.
  3. Mieux comprendre les exigences en matière de support, de stabilité et de rétention dans le cadre de la conception du traitement.

Biographie : Dr David Cagna est professeur, doyen associé de la formation postuniversitaire et directeur du programme avancé en prosthodontie du Health Science Center de l’University of Tennessee, à Memphis. Il a reçu son diplôme en médecine dentaire de la Medical University of South Carolina, en 1990, et a effectué sa résidence en prosthodontie au Health Science Center de l’University of Texas à San Antonio, en 1994, où il a également reçu une maîtrise en science.

Dr Cagna est Diplomate et directeur de l’American Board of Prosthodontics et Fellow de l’American College of Prosthodontists. Il est également membre entre autres de l’American Academy of Restorative Dentistry, de l’International Academy of Gnathology et de l’American College of Prosthodontists. Il est membre de nombreux comités de rédaction de revues scientifiques, a publié un très grand nombre d’articles et est co-auteur des ouvrages « Stewart’s Clinical Removable Partial Prosthodontics » et « Contemporary Application of the Neutral Zone in Prosthodontics ». Dr Cagna donne un grand nombre de conférences sur une variété de sujets et gère un cabinet privé à l’University of Tennessee, à Memphis.

13 h 30 – 14 h 30

Dr Nader Sharifi, Chicago, IL 

Titre : L’arcade supérieure est de Mars et l’arcade inférieure de Vénus : clarifications sur les prothèses supradentaires

Synopsis : Dans le cas d’un plan de traitement relatif à une arcade complètement édentée, il existe trois options principales, c’est-à-dire une prothèse totale, une prothèse supradentaire et une prothèse à pont fixe sur implants. La prothèse totale et la prothèse à pont fixe sur implants sont bien connues. Par contre, la documentation indique clairement qu’il est généralement simple et facile de mettre en place avec succès une prothèse supradentaire sur l’arcade inférieure, mais que le défi est certainement plus grand en ce qui a trait à l’arcade supérieure. Dr Sharifi mettra en lumière les différences et les particularités inhérentes à chaque procédure et présentera des lignes directrices claires pour mettre en place avec succès une prothèse supradentaire sur l’une ou l’autre des arcades.

Les clarifications sur les prothèses supradentaires répondent à une question, mais en font jaillir d’autres : dans quelle mesure la sélection des attaches a-t-elle une incidence sur la fabrication de la prothèse supradentaire? Il nous faut considérer les options d’attaches, notamment les barres articulées ou non articulées et les attachements résilients ou non résilients. De plus, dans le cas d’une prothèse amovible, des verrous peuvent être installés afin d'accentuer la stabilité en agissant comme un pont fixe. Tous ces dispositifs de fixation ont des indications et des contre-indications. Cette présentation apportera des éclaircissements visant à faciliter le choix du dispositif de fixation appropriée à la prothèse supradentaire.

Les participants en retireront une compréhension et une assurance accrues quant au choix des traitements cliniques les plus appropriés, notamment la capacité de :

Objectifs d’apprentissage :

  1. Définir les quatre options de traitement d’une arcade édentée.
  2. Faire la différence entre les prothèses supradentaires sur implants et implanto-portées
  3. Identifier laquelle des trois options domine pour l’arcade supérieure et celle qui domine pour l’arcade inférieure.
  4. Démontrer les différences entre les barres articulées ou non articulées et les attaches résilientes et non résilientes.

Biographie : M. Nader Sharifi, D.D.S., M.S. détient un certificat en prosthodontie et une maîtrise en biomatériaux de la Northwestern University. Il a fait ses études en dentisterie à l’University of Illinois. Il a présenté plus de 500 conférences sur de nombreux sujets liés à la dentisterie restauratrice, ce qui lui a valu la reconnaissance de groupes d’études, de sociétés et d’associations de grande renommée à l’échelle nationale et internationale.

Dr Sharifi gère actuellement un cabinet privé à temps plein à Chicago et, grâce à son expérience de dentiste travaillant auprès de patients cinq jours par semaine, il est en mesure d’intégrer dans ses présentations des façons de gagner du temps et d’offrir des soins efficients en matière de coût. En 2007, la Chicago Dental Society lui a décerné le prix Gordon Christenson Distinguished Lecturer Award et, en 2010, il est reçu Fellow de l’American College of Dentists et membre de l’American Academy of Restorative Dentistry.

14 h 30 – 15 h 30

Dr Richard Akin, Bâton Rouge, LA

Titre : Mise en charge immédiate d’un implant provisoire — La démarche d’un chirurgien 

Synopsis : Dans le cadre de cette présentation, le conférencier fera part de sa perspective unique sur la préservation du profil d’émergence tout en offrant une prothèse antérieure provisoire immédiate hautement esthétique. Le conférencier expliquera également la technique qu’il a publiée sur les piliers anatomiques « Anatomic Harmony Abutment », qui permet la création d’un profil d’émergence de façon sure et prédictible pour tous les sites en utilisant des piliers de cicatrisation personnalisés fabriqués in vivo au fauteuil. Des photographies et vidéos médicales seront utilisées tout au long de la présentation pour illustrer les principes de façon claire. À la fin de la présentation, les participants disposeront de l’information nécessaire pour mettre en œuvre ces principes dans le cadre de leur pratique.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Les participants apprendront une procédure accélérée pour la mise en charge immédiate d’un implant provisoire hautement esthétique.
  2. Les stratégies de mise en charge, les matériaux et le concept feront l’objet d’une discussion.
  3. Les participants verront également comment gérer l’alvéole dans le cas d’un implant immédiat dans toutes les zones de la bouche.

Biographie : Richard Akin, DDS, MD, a obtenu son doctorat du Health Sciences Center de la Louisiana State University, en Nouvelle-Orléans, et il a également effectué sa résidence à la Louisiana State University, en 2004. Il donne fréquemment des conférences sur les techniques de mise en place d’implants et de mise en charge immédiate d’implants provisoires du point de vue chirurgical. L’une de ses techniques sur les piliers anatomiques « Anatomic Harmony Abutment » a été publiée dans le Journal of Oral and Maxillofacial Surgery, en décembre 2016. Il est fier de compter parmi les anciens étudiants et conférenciers du Pankey Institute et applique la philosophie de L. D. Pankey, tant dans sa vie personnelle que professionnelle. Il est détenteur d’un certificat de spécialiste en chirurgie orale et maxillo-faciale et fier d’être de la deuxième génération de spécialistes en chirurgie maxillo-faciale de sa famille. Les passe-temps du Dr Akin comprennent la musique, la photographie et l’art culinaire. Son cabinet est à Bâton Rouge, aux États-Unis, où il habite avec son épouse et ses enfants.

16 h 00 - 17 h 00

Dr Ira Sy, Richmond, BC

Titre : Équilibre entre la réussite et les complications liées à la réhabilitation implantaire

Synopsis : Au cours des dernières décennies, les implants dentaires ont connu une popularité croissante en tant que traitement de choix dans les cas d’un édentement partiel ou complet. Quoique les implants se soient révélés hautement prédictibles, on a remarqué une croissance de complications diverses liées aux interventions chirurgicales et prosthétiques. Certaines de ces complications ont engendré des problèmes aigus chroniques qui ont nécessité un nouveau traitement.

Ce programme passera en revue, de façon clinique, certaines des complications iatrogéniques occasionnées par des facteurs biologiques liés au placement des corps d’implant et à la cimentation qui peuvent entraîner des lésions tissulaires et l’échec de l’ostéo-intégration et de l’implant endo-osseux. À la fin de ce cours, les participants auront une meilleure compréhension des mesures préventives et de la gestion des complications liées à l’implantologie.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Établir un plan de traitement efficace pour minimiser les complications éventuelles
  2. Gérer les complications les plus courantes liées aux implants
  3. Éviter les complications liées à l’esthétique
  4. Savoir dans quelle mesure les différents systèmes d’implant dentaire et le positionnement de l’implant ont une incidence sur les résultats de la restauration
  5. Minimiser les risques de complications associées à la chirurgie implantaire

Biographie : Dr Ira Paul Sy a effectué son doctorat en chirurgie dentaire à la Case Western Reserve University. Il a obtenu son certificat de spécialiste en implantologie et en parodontie à l’University of North Carolina, à Chapel Hill, et a effectué par la suite une formation à l’aide d’une bourse à l’Université de Berne, en Suisse.

Il a été directeur du programme de résidence postdoctoral en parodontie et en implantologie de l’University of British Columbia ainsi que membre du personnel enseignant de l’University of North Carolina, à Chapel Hill, de l’University of British Columbia et de la Case Western Reserve University à titre de professeur clinique adjoint en parodontie. Il est également professeur invité en parodontie de l’Université de Witten, en Allemagne.

Ses principaux intérêts portent sur la chirurgie esthétique non réfractive des tissus mous, la régénération biologique de pointe des tissus osseux et la reconstitution assistée de prothèses et d’implants chirurgicaux. En 2011, il a été le seul Canadien sélectionné pour participer au concours Straumann World Wide Esthetic Case Competition. En 2014, il a été sélectionné pour publier l’article universitaire « Oral Implant Assisted Rehabilitation in the Aesthetic Zone - Clinical Reality and Potential Pitfalls ».

Dr Sy est Diplomate de l’American Board of Periodontology et membre de l’Académie de parodontie, de l’Académie d’ostéo-intégration et du groupe PEERS (Platform for Exchange of Education and Research) de l’Amérique du Nord.

À l’heure actuelle, il œuvre comme consultant en implantologie au Veteran’s Administration Hospital et offre également une bourse de recherche en implantologie au Vancouver Institute of Osseointegration (VIOSS). Il gère un cabinet privé à temps plein axé sur les traitements implantaires, à Richmond et à Vancouver, en Colombie-Britannique.

Conférenciers du samedi 28 septembre 2019

Présentations de 18 minutes et de 55 minutes

(7 crédits de formation continue pour les sessions du samedi)

8 h 30 – 8 h 50

Dr Michael Goldberg, Toronto, ON

 Titre : Patient présentant une parodontopathie sévère et réfractaire

 Synopsis : Cette présentation fournira un aperçu du concept de diagnostic et de gestion des patients présentant une parodontopathie sévère ou réfractaire. À l’aide d’exemples de cas et de documents provenant de la Severe and Refractory Disease Clinic de l’Université de Toronto et de l’hôpital Mount Sinai, les participants seront en mesure de mieux comprendre l’utilisation de diverses analyses de sang, pour aider à diagnostiquer ces cas difficiles, ainsi que les modalités pharmacologiques et non pharmacologiques pour aider à les gérer. Il y aura également une discussion sur les incidences potentielles de cette condition sur le plan de traitement en dentisterie implantaire.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Connaître et savoir reconnaître les caractéristiques associées à une parodontopathie sévère et réfractaire
  2. Découvrir les outils de diagnostic de pointe utilisés à l’heure actuelle auprès des patients présentant ce problème
  3. Apprendre à gérer ces patients au moyen de modalités conventionnelles et pharmacologiques

Biographie : Dr Michael Goldberg est actuellement professeur agrégé en parodontie à la faculté de dentisterie de l’Université de Toronto. Il est directeur de l’unité de traitement des parodontopathies sévères et réfractaires de la faculté et de la nouvelle clinique de suivi en implantologie, également à la faculté. Dr Goldberg assume également la direction du Centre for Advanced Dental Research and Care (CADRC) du Sinai Health System de Toronto. Dr Goldberg s’est engagé dans une étude globale portant sur l’incidence des facteurs systémiques, génétiques et environnementaux sur le développement et le traitement des parodontopathies. De plus, il est responsable de la division de parodontie et associé du Wasser Pain Management Centre de l’hôpital Mount Sinai de Toronto. Dr Goldberg est partenaire d’un cabinet privé spécialisé en parodontie et en chirurgie implantaire, à Toronto.

8 h 50 - 9 h 10

Dr Mark Lin, Toronto, ON

Titre : L’occlusion : distinctions entre dentition naturelle et implants dentaires 

Synopsis : Cette présentation mettra en lumière les différences entre l’occlusion d’une dentition naturelle et celle d’une dentition avec prothèses, allant des implants simples ou multiples sur un ou plusieurs quadrants, en passant par les prothèses sur implants fixes ou amovibles, sur une ou deux arcades. Ainsi, on passera en revue le concept de l’occlusion avec divers types d’implants et de prothèses ainsi que la gestion de la parafonction occlusale pour protéger la dentition naturelle et les restaurations implantaires.

Objectifs d’apprentissage :

  • Établir les différences entre l’occlusion d’une dentition naturelle et celle d’une dentition avec réhabilitations prothétiques sur implants.
  • Noter les différences entre les divers types de restaurations prothétiques sur implants et les exigences de conception spécifiques à l’occlusion avec implants
  • Voir la gestion des protocoles destinés aux patients présentant une parafonction occlusale

Biographie : Dr Mark H. E. Lin a reçu son diplôme en médecine dentaire de l’University of Detroit Mercy où il a figuré sur le tableau d’honneur de la faculté pendant quatre années consécutives et a terminé parmi les premiers 5 % de la classe. Il a pratiqué la dentisterie générale pendant treize ans, puis est retourné à l’université pour effectuer une formation postdoctorale en prosthodontie à l’Université de Toronto. À l’heure actuelle, il est instructeur postdoctoral à mi-temps à la clinique de prosthodontie de l’Université de Toronto, il est membre du comité de rédaction en prosthodontie de l’Oral Health Journal et gère à temps plein une clinique spécialisée en prosthodontie où il se concentre sur les reconstructions de bouche complète, la chirurgie implantaire, les procédures de greffe, les implants prothétiques et la gestion des complications liées aux implants. Dr Lin est Fellow et Diplomate de l’International Congress of Oral Implantologists (ICOI) et est Fellow et examinateur du Collège royal des chirurgiens dentistes du Canada pour la spécialité de prosthodontie.

9 h 10 - 9 h 30

Dr Nader Sharifi, Chicago, IL

Titre : Le retrait des attachements : une intervention des plus difficiles en dentisterie 

Synopsis : La possibilité d’un blocage de la prothèse supradentaire dans la zone de contre-dépouille laisse plusieurs d’entre nous craintifs lorsqu’il s’agit de retirer un attachement cliniquement plutôt que de le faire indirectement en laboratoire. Les deux solutions ont leurs indications, mais il est important d’être à l’aise et en confiance quant au protocole de retrait direct sans crainte d’un blocage. Toutefois, d’autres complications sont toujours possibles lors des procédures de pose ou de retrait des attachements, tant dans le cas des prothèses supradentaires que des prothèses amovibles partielles sur implants.

Plusieurs techniques s’offrent à vous et leurs résultats sont très variés. Nous passerons en revue l’évolution clinique de ces techniques pour arriver à la solution actuelle de pointe qui limite les possibilités négatives. Cette présentation est fondée sur des données cliniques et fournira une feuille de route claire et simple pour obtenir d’excellents résultats avec tous vos patients.

Les participants en retireront une compréhension et une assurance accrues quant au choix des traitements cliniques les plus appropriés, notamment la capacité de :

Objectifs d’apprentissage :

  1. Déterminer les quatre résultats d’une procédure de retrait
  2. Déterminer quelles fraises sont nécessaires et voir les options de matériaux
  3. Clarifier les différents résultats offerts par les options de matériaux disponibles
  4. Déterminer dans quelle mesure la hauteur et l’angle d’un pilier ont une incidence quant au risque de blocage

Biographie : M. Nader Sharifi, D.D.S., M.S. détient un certificat en prosthodontie et une maîtrise en biomatériaux de la Northwestern University. Il a fait ses études en dentisterie à l’University of Illinois. Il a présenté plus de 500 conférences sur de nombreux sujets liés à la dentisterie restauratrice, ce qui lui a valu la reconnaissance de groupes d’études, de sociétés et d’associations de grande renommée à l’échelle nationale et internationale.

Dr Sharifi gère actuellement un cabinet privé à temps plein à Chicago et, grâce à son expérience de dentiste travaillant auprès de patients cinq jours par semaine, il est en mesure d’intégrer dans ses présentations des façons de gagner du temps et d’offrir des soins efficients en matière de coût. En 2007, la Chicago Dental Society lui a décerné le prix Gordon Christenson Distinguished Lecturer Award, et en 2010, il a été reçu Fellow de l’American College of Dentists et membre de l’American Academy of Restorative Dentistry. 

9 h 30 – 9 h 50

Dr John Davies, Toronto, ON

Titre : Nouveaux défis biologiques en dentisterie implantaire : de l’ostéo-intégration à la péri-implantite

Synopsis : L’ostéo-intégration clinique consiste à l’ancrage d’un implant dans l’os de manière à ce qu’il puisse supporter la charge occlusale. Toutefois, d’une perspective scientifique, l’ostéo-intégration englobe une multitude de processus biologiques qui peuvent être divisés en trois phénomènes : l’ostéoconduction, la formation osseuse et le remodelage osseux. L’ostéoconduction se définit comme étant la propriété de l’implant à être reconnu et colonisé par des cellules ostéogéniques qui s’associent à sa surface – mais les questions suivantes se posent : « D’où viennent-elles? », « Comment arrivent-elles à la surface de l’implant? », « La surface de l’implant joue-t-elle un rôle dans ce processus biologique? et « La conception de la surface de l’implant influence-t-elle d’autres processus biologiques précoces? ». Il est particulièrement important de pouvoir différencier ce processus biologique de guérison sain de celui lié à une péri-implantite, et ce, pour deux raisons. Tout d’abord, la péri-implantite est de plus en plus courante en raison de la venue d’implants dotés d’un relief complexe. En deuxième lieu, l’une des plus récentes définitions de l’ostéo-intégration confond la guérison normale et la péri-implantite.

Objectifs d’apprentissage :

1) Comprendre en quoi consistent les trois phénomènes majeurs inhérents à l’ostéo-intégration

2) Prendre conscience du fait que la conception de la surface de l’implant a une incidence importante sur la guérison de la plaie péri-implantaire

3) Pouvoir évaluer de façon critique la définition la plus récente du terme « ostéo-intégration ».

Biographie : Dr Davies, qui est spécialisé en chirurgie oro-maxillo-faciale, est professeur en dentisterie et en biomatériaux à l’Université de Toronto. Il a obtenu un doctorat en sciences de l’University of London, en 1998, et pour sa contribution de 20 ans au domaine des biomatériaux, il a reçu, en 2002, le prix de la Society for Biomaterials Clemson accordé pour les sciences fondamentales. Il a été reçu Fellow pour les sciences des biomatériaux et de l’ingénierie, en 2000. Dans le milieu des années 80, il a conçu les premières méthodes biologiques in vitro permettant d’étudier les mécanismes par lesquels l’os se soude à la céramique bioactive. Son travail a permis de comprendre le mécanisme physiologique de la minéralisation osseuse à la surface de l’implant et au sein des structures de l’ingénierie tissulaire. Il a mis au point des céramiques qui peuvent être résorbées par l’action des ostéoclastes. Cette technologie a également été adoptée par l’Agence spatiale canadienne pour étudier les mécanismes cellulaires de l’ostéopénie résultant de la microgravité. Voir l’article Bone Loss in Zero Gravity sur le site de Tomorrow-Today qui porte sur le phosphate de calcium qui stimule la croissance de la masse osseuse locale, des structures de l’ingénierie tissulaire pour la régénération osseuse, et des cellules extraembryonnaires comme source potentielle de réparation du tissu conjonctif à base de cellules.

9 h 50 – 10 h 10

Dr Peter Fritz, Fonthill, ON

Titre : Sauver un implant défaillant. Que peut-on sauver et à quel coût?

Synopsis : Malgré nos meilleurs efforts, certains de nos patients développeront des complications post-chirurgicales à la suite de l’introduction d’un implant dentaire. Il arrive souvent que les complications prennent des mois, voire même des années, avant de se manifester, comme c’est le cas des péri-implantites. En raison des écarts significatifs entre le taux de complications des chirurgiens expérimentés et celui des chirurgiens inexpérimentés, il est dans l’intérêt supérieur du patient de rechercher le clinicien qui présente le taux de complications le plus bas. L’une des façons d’évaluer la sévérité d’une complication est de lui fixer un coût financier. Il a été déterminé, à l’aide d’un modèle d’affaires, que l’utilisation d’une approche d’équipe permet non seulement d’obtenir les résultats les plus prévisibles et les plus efficients pour le patient, mais constitue également l’approche la plus profitable pour les cliniciens liés au cas.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Reconnaître qu’il est économiquement irresponsable d’offrir des services chirurgicaux sans factoriser les coûts financiers liés aux complications potentielles dans le cadre de votre pratique.
  2. Comprendre la structure qui permet de catégoriser les types de complications chirurgicales.
  3. Comprendre que, d’une perspective strictement économique pour les personnes en cause, la meilleure stratégie pour le dentiste généraliste est de référer les patients, qui nécessitent une intervention chirurgicale, au clinicien affichant le taux de complications le plus bas.
  4. Reconnaître que la meilleure valeur à long terme pour le patient nécessitant une chirurgie est d’assumer des coûts initiaux plus élevés qui pourraient lui éviter des coûts inconnus potentiellement importants plus tard.

Biographie : Toute sa vie, Peter a fait preuve d’une soif d’apprendre insatiable et d’une intrépidité à remettre les choses en question. Il est doté d’un esprit clinique et scientifique ainsi que d’un des affaires d’une grande acuité qu’il applique à la poursuite de l’excellence en ce qui a trait aux soins des patients et aux responsabilités économiques. Peter possède et gère un cabinet privé à Fonthill, en Ontario, où il se fait le défenseur du changement et de l’innovation en matière de soins collaboratifs appliqués à la parodontie. Grâce à sa liberté d’esprit et à sa persévérance, il sait propulser l’avantage concurrentiel, susciter l’engagement envers les activités cliniques et commerciales et s’entourer des performeurs du plus haut calibre. Il vise l’amélioration constante et mène son équipe avec charisme en inspirant la collaboration de confiance et l’esprit d’équipe pour stimuler la productivité, l’harmonie et l’engagement. Il s’est taillé une grande réputation qui lui a valu la reconnaissance de ses pairs et de l’industrie pour avoir révolutionné le domaine et établit un cabinet de parodontie de calibre international considéré comme l’un des plus novateurs et réussis au monde, en ce qui a trait aux cabinets gérés par un parodontiste exerçant seul.

10 h 10 – 10 h 30

Dr Terry Donovan, Hillsborough, NC

Titre : Évaluation clinique des tenons endodontiques préfabriqués

Synopsis : À l’heure actuelle, il existe plusieurs types de tenons utilisés pour la restauration d’une dent ayant subi un traitement endodontique, notamment les tenons moulés sur mesure et les tenons préfabriqués. Les tenons préfabriqués sont flexibles ou rigides (métal). Cette présentation passera en revue les indications relatives au placement d’un tenon et les données cliniques probantes disponibles indiquant quel type de tenon utiliser.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Les participants comprendront les indications justifiant l’utilisation des tenons endodontiques préfabriqués
  2. Les participants verront quels sont les différents types de tendons à leur disposition
  3. Les participants verront quelle est la performance clinique relative des tenons flexibles par rapport à celle des tenons rigides

Biographie : Dr Terry Donovan a reçu son doctorat en chirurgie dentaire de l’University of Alberta, en 1967, et pratique à temps plein à Regina, en Saskatchewan, depuis treize ans. Il a reçu un certificat en prosthodontie avancée de l’University of Southern California, en 1981. Il a été professeur et directeur du programme d’études avancées en prosthodontie de l’USC, de 1988 à 2006. Il a été doyen associé en médecine générale et doyen associé exécutif des études à l’University of Southern California, ainsi que président du département de dentisterie restauratrice, de 1984 à 1991 et de 1994 à 2001. Il est actuellement professeur et chef de section des biomatériaux au département de dentisterie opératoire de la School of Dentistry de l’University of North Carolina, à Chapel Hill. Il a publié plusieurs ouvrages et a donné des conférences à l’échelle internationale sur la dentisterie restauratrice et la science des matériaux. Il est membre de l’ADA, de la CDA, de la North Carolina Dental Society, de la CAlC, de l’American Academy of Restorative Dentistry, de l’American Academy of Esthetic Dentistry, de l’American College of Prosthodontists, et Fellow de l’American College of Dentist. Il est également membre honoraire à vie du College of Dental Surgeons of Saskatchewan, de l’Association of Prosthodontists of Canada, de l’Académie canadienne de dentisterie restauratrice et de prosthodontie, de l’American Dental Society of Europe et de la Western Canada Dental Society. Il a été président du conseil de l’American Dental Association en ce qui a trait aux matériaux, aux instruments et à l’équipement dentaires.

11 h 00 - 12 h 00

Dr Ron Zokol, Vancouver, BC

Titre : Gestion des pertes osseuses et gingivales avancées

Synopsis : La réhabilitation prothétique chirurgicale des mâchoires détériorées est gérée de façon optimale à l’aide d’un plan de traitement axé sur la restauration. Le positionnement des dents est déterminé en tenant compte de la fonction et de l’esthétique. Nonobstant les coûts du traitement, tout le reste est géré par notre habileté à reconstruire le volume du tissu osseux pour assurer le support de l’implant, et le caractère et la qualité du tissu gingival pour assurer l’esthétique, la santé et la longévité. Cette présentation mettra l’accent sur les aspects les plus exigeants de la chirurgie régénératrice et apportera des éclaircissements sur les critères pour permettre une solution plus prédictible aux interventions chirurgicales les plus difficiles.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Gestion des pertes gingivales et osseuses dans la zone esthétique
  2. Gestion des pertes osseuses incluant l’augmentation osseuse verticale
  3. Évaluation des facteurs qui ont une incidence sur la réussite ou l’échec des interventions chirurgicales avancées

Biographie : Dr Ron Zokol a reçu son diplôme de la faculté de dentisterie de l’University of British Columbia, en 1974, où il est conférencier de session pour les étudiants diplômés en prosthodontie et membre du Conseil du doyen Dean Shuler. Il est également membre du Conseil consultatif externe du département de bio-ingénierie de l’University of Maine et Fellow de l’American Academy of Implant Dentistry, de l’American College of Dentists et de l’Académie canadienne de dentisterie restauratrice et de prosthodontie.

Il est Diplomate de l’American Board of Oral Implantology/Implant Dentistry et de l’International Congress of Oral Implantologists. Il a été président de la Vancouver and District Dental Society, président du comité général d’examen, examinateur principal du jury d’examen du College of Dental Surgeons of British Columbia et instructeur en chirurgie pour le Misch Implant Institute, pendant dix ans.

En 1996, il a fondé le Pacific Institute for Advanced Dental Education. De plus, pendant 25 ans, il a donné des conférences à l’échelle nationale et internationale sur la prosthodontie et la chirurgie. Il a pratiqué en cabinet privé de 1974 à 2014, et continue maintenant à pratiquer à la clinique BC perio à Vancouver, au Canada, avec une équipe de parodontistes afin de fournir des services en chirurgie et en réhabilitation prosthétique avancées.

13 h 30 – 14 h 30

Dr John Burgess, Birmingham, AL

Titre : Choix des meilleurs ciments pour une pratique clinique très occupée —
Mise à jour 2019

Synopsis : La cimentation dentaire a changé de façon importante avec la venue des restaurations tout céramique. Le fait de définir la zircone à l’aide d’un pourcentage molaire de 3, 4, 5 en continuum permettra aux participants de distinguer les matériaux de zircone opaque plus forts des matériaux de zircone en phase cubique plus développée et de comprendre pour quelles raisons ces matériaux doivent être manipulés différemment. Cette présentation fournira des procédures étape par étape pour sceller ou cimenter les restaurations en porcelaine, en disilicate de lithium et en zircone, et ce, à l’aide d’un ciment de verre ionomère, d’un ciment de résine et d’un ciment bioactif. Comprendre pourquoi et comment sceller ou cimenter les restaurations tout céramique dans une pratique clinique très occupée. Il est essentiel de réaliser une adhésion durable à la zircone pour les préparations de conservation et les restaurations de zircone en phase cubique. Apprendre comment et quand effectuer une adhésion de façon prédictible.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Apprendre quelles sont les applications des trois différents types de ciment - ciment en verre ionomère, ciment en résine et ciment bioactif
  2. Découvrir les indications, limitations et procédures étape par étape pour cimenter ou assurer l’adhésion des restaurations en zircone et en disilicate de lithium.
  3. Comprendre ce que les ciments bioactifs peuvent et ne peuvent faire. Le ciment utilisé peut faire une différence importante. Apprendre une procédure étape par étape pour assurer une adhésion prédictible de la zircone et des restaurations en zircone et en disilicate de lithium.

Biographie : Dr John Burgess dirige une recherche clinique et travaille au sein de la division des biomatériaux de la Birmingham School of Dentistry de l’University of Alabama. En tant que chercheur clinique, il travaille sur neuf projets cliniques ainsi que sur de multiples projets in vitro. Il a rédigé et co-rédigé plus de 400 publications et a donné plus de 1 000 cours d’une journée en éducation permanente à l’échelle nationale et internationale. Il a été membre du conseil des affaires scientifiques de l’American Dental Association et critique pour des publications dentaires, il est un membre élu de l’Academy of Esthetic Dentistry, de la Restorative Academy, de l’Academy of Operative Dentistry, de l’American and International Associations for Dental Research et de l’American Dental Association.

14 h 30 – 15 h 30

Dr Terry Donovan, Hillsborough, NC

Titre : Restauration au composite directe ou indirecte ou restauration en céramique cuite pour les dents postérieures

Synopsis : La demande est grande pour les restaurations conservatrices esthétiques des dents postérieures. Parmi les options offertes par les différents produits commerciaux, on compte la résine au composite directe ou indirecte et la céramique cuite. Cette présentation passera en revue les indications et les contre-indications de chaque option. On discutera également de la sélection des matériaux dans le cas de situations particulières.

Objectifs d’apprentissage :

  1. Les participants verront les indications et les contre-indications liées à la restauration esthétique des dents postérieures
  2. Les participants comprendront la différence en matière de performance des inlays par rapport aux onlays
  3. Les participants verront quels matériaux utiliser

Biographie : Dr Terry Donovan a reçu son doctorat en chirurgie dentaire de l’University of Alberta, en 1967, et pratique à temps plein à Regina, en Saskatchewan, depuis treize ans. Il a reçu un certificat en prosthodontie avancée de l’University of Southern California, en 1981. Il a été professeur et directeur du programme d’études avancées en prosthodontie de l’USC, de 1988 à 2006. Il a été doyen associé en médecine générale et doyen associé exécutif des études à l’University of Southern California, ainsi que président du département de dentisterie restauratrice, de 1984 à 1991 et de 1994 à 2001. Il est actuellement professeur et chef de section des biomatériaux au département de dentisterie opératoire de la School of Dentistry de l’University of North Carolina, à Chapel Hill. Il a publié plusieurs ouvrages et a donné des conférences à l’échelle internationale sur la dentisterie restauratrice et la science des matériaux. Il est membre de l’ADA, de la CDA, de la North Carolina Dental Society, de la CAlC, de l’American Academy of Restorative Dentistry, de l’American Academy of Esthetic Dentistry, de l’American College of Prosthodontists et Fellow de l’American College of Dentists. Il est également membre honoraire à vie du College of Dental Surgeons of Saskatchewan, de l’Association of Prosthodontists of Canada, de l’Académie canadienne de dentisterie restauratrice et de prosthodontie, de l’American Dental Society of Europe et de la Western Canada Dental Society. Il a été président du conseil de l’American Dental Association en ce qui a trait aux matériaux, aux instruments et à l’équipement dentaires.

15 h 30 – 16 h 30

Dr Jim Kessler, Antonito, CO

Titre : Panification des résultats prévisibles d’une restauration antérieure implanto-portée

Synopsis : Les restaurations implanto-portées sont progressivement devenues la référence standard en matière de remplacement de dents. Toutefois, l’examen rétrospectif des résultats des restaurations avec implants est souvent décevant. Cela pourrait être particulièrement vrai en ce qui a trait aux restaurations antérieures où nous devons composer non seulement avec les demandes liées à la fonction, mais aussi avec les défis additionnels associés à la gestion des tissus mous et aux exigences et attentes du patient du point de vue esthétique.

Dans le cadre de cette présentation, nous discuterons de la validation des compromis esthétiques et fonctionnels qui sont des éléments clés de la prévisibilité des résultats opératoires. Cette validation permet d’avoir une communication claire avec nos patients sur les résultats qu’ils peuvent attendre de façon réaliste, et ce, avant de commencer l’intervention. Un consensus donne lieu à un événement moins stressant et plus satisfaisant pour le dentiste, les membres de l’équipe multidisciplinaire et le patient.

 Objectifs d’apprentissage :

  1. Déterminer les facteurs de risque critiques qui pourraient entraîner un échec fonctionnel ou esthétique prématuré.
  2. Comprendre les défis liés aux restaurations antérieures sur implants.
  3. Communiquer la prévisibilité à l’équipe multidisciplinaire et aux patients.

Biographie : James C. Kessler, B.S., D.D.S., Professeur à la retraite et directeur du programme avancé d’esthétique et de technologies du College of Dentistry de l’University of Oklahoma. Propriétaire du laboratoire High Country Dental Arts Laboratory

Doctor Jim Kessler a reçu son diplôme du College of Dentistry de de l’University of Oklahoma, en 1977. Jim a consacré 20 ans à la dentisterie en cabinet privé à Tulsa, en Oklahoma, et 18 ans à temps plein en enseignement dentaire. Avant sa retraite du domaine de l’enseignement, Jim dirigeait le nouveau programme avancé d’esthétique et de technologies de l’University of Oklahoma. En 1987 et en 2011, Jim a reçu la distinction Alumnus of the Year du College of Dentistry de l’University of Oklahoma et il a été président de l’American Academy of Restorative Dentistry. À sa retraite de l’enseignement, il a établi un laboratoire dentaire près de son domicile au Colorado.